Lydia

neo-compte B2C

Le projet

Lydia a lancé son application de paiement en 2013. Initialement, c’était une application de paiement peer-to-peer, visant à faciliter la façon dont les gens peuvent rembourser leurs dettes et s’envoyer de l’argent entre amis : en enregistrant n’importe quelle banque dans l’application et en payant en scannant le code QR d’une personne utilisant également l’application.

En 2020, la société a effectué sa plus importante levée de fonds (40 millions €) avec Tencent, et a intégré le French Tech 120 – un indice des meilleures startups de la tech en France. 

Données clefs

du marché

  • 3 millions de personnes utilisent Lydia
  • L’application est disponible dans 6 pays
  • L’entreprise se positionne sur le segment néobanque B2C
  • Lydia est la première fintech a avoir proposé Apple Pay

Problèmes

identifiés

Le problème de Lydia était de trouver un partenaire pour renforcer sa scalabilité, et lui permettre de proposer rapidement de nouvelles solutions de paiements en complément de son architecture et ses services existants. Alors que Lydia avait un partenaire pour ses portefeuilles numériques, la startup souhaitait aussi disposer de cartes de paiement et de solutions X-pay.

Solution

déployée

  • Cartes avec autorisation automatique
  • Cartes en ligne préférées (mais acceptation hors ligne)
  • Intégration XPay: Samsung Pay, G Pay, Apple Pay
  • Et aussi: Assistance juridique personnalisée et sur mesure, Intégration personnalisée et sur mesure

Données clefs du projet

  • 2 millions d'utilisateurs

  • 4 mois de time-to-market

  • 1ère offre Xpay en France